Adjoint au Maire de Perpignan

Le très beau documentaire de Julie Conte “Un chat sur l’épaule” projeté lors de la dernière édition de Confrontation en avril à Perpignan et retraçant le parcours de l’inventeur de caméras de cinéma Jean-Pierre Beauviala (notamment pour Jean-Luc Godard), est présenté la semaine prochaine au Maysles Documentary Center de New-York.

Le très beau documentaire de Julie Conte “Un chat sur l’épaule” projeté lors de la dernière édition de Confrontation en avril à Perpignan et retraçant le parcours de l’inventeur de caméras de cinéma Jean-Pierre Beauviala (notamment pour Jean-Luc Godard), est présenté la semaine prochaine au Maysles Documentary Center de New-York.

Certes, on ne peut pas « demander à une dinde d’aimer Noël », mais l’argumentaire de Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon pour éviter la fusion avec celle de Midi-Pyrénées dans le cadre de la réforme territoriale, frise le ridicule.

Christian Bourquin s’est dit « humilié » (rien que ça) par la volonté de François Hollande de fusionner deux régions dont les liens territoriaux semblent pourtant cohérents, et a surtout accusé le Président de la région Midi-Pyrénées, le socialiste Martin Malvy, de « vouloir le magot » du Languedoc-Roussillon…

Mais de quel « magot » s’agit-il ? Rappelons tout de même la réalité économique de nos deux régions : Midi-Pyrénées se classe 8ème en matière de Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant, quand le Languedoc-Roussillon pointe à la 21ème et avant-dernière place des régions métropolitaines.



Or, la fusion des deux régions nous permettrait de devenir la troisième région française en matière de population et surtout de PIB en valeur globale (derrière l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes).  


Dessin de Man dans Midi Libre

Certes, on ne peut pas « demander à une dinde d’aimer Noël », mais l’argumentaire de Christian Bourquin, Président de la région Languedoc-Roussillon pour éviter la fusion avec celle de Midi-Pyrénées dans le cadre de la réforme territoriale, frise le ridicule.

Christian Bourquin s’est dit « humilié » (rien que ça) par la volonté de François Hollande de fusionner deux régions dont les liens territoriaux semblent pourtant cohérents, et a surtout accusé le Président de la région Midi-Pyrénées, le socialiste Martin Malvy, de « vouloir le magot » du Languedoc-Roussillon…

Mais de quel « magot » s’agit-il ? Rappelons tout de même la réalité économique de nos deux régions : Midi-Pyrénées se classe 8ème en matière de Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant, quand le Languedoc-Roussillon pointe à la 21ème et avant-dernière place des régions métropolitaines.

Or, la fusion des deux régions nous permettrait de devenir la troisième région française en matière de population et surtout de PIB en valeur globale (derrière l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes).


Dessin de Man dans Midi Libre